Comment répondre à la demande croissante de produits locaux en grande distribution ?

Avec la crise de la Covid-19, les produits locaux sont plus que jamais plébiscités par les Français. Une tendance qui supplante même le bio. Répondre à cette demande est donc un enjeu majeur pour les acteurs de la grande distribution. 2021 marquera en effet la mise en place de bannières « plus près de vous et de vos goûts » dans toutes les enseignes.


Covid-19 et apogée du circuit court


Portée par la tendance des émissions culinaires, l’envie de retourner aux produits locaux s’est accentuée avec les préoccupations environnementales et économiques de ces dernières années.


Les consommateurs sont en quête de sens et la crise de la Covid-19 y a largement contribué. Les Français sont soucieux de manger mieux, de réduire leur empreinte carbone et plus récemment de supporter l’économie locale. Ainsi, ils sont nombreux à se tourner vers les circuits courts.


Dans ce contexte, une étude Ipsos révèle que 63 % d’entre eux se déclarent prêts à acheter autant de produits locaux que possible. Outre le fait de soutenir les emplois et leur région, connaître la provenance des produits est une des principales raisons justifiant ce mode de consommation.


Une nouvelle charte en GMS pour les produits locaux


Le 9 novembre dernier, le ministre de l’Agriculture, Julien de Normandie, a présenté une charte d’engagements de mise en avant des produits frais et des produits locaux. Signée avec les acteurs de la GMS, elle entre en vigueur en février 2021.


Elle a été baptisée

«Engagement, provenance et fraîcheur : plus près de vous et de vos goûts» et permet au consommateur d’identifier immédiatement l’origine des produits.

Communes à toutes les enseignes, les bannières seront visibles sur leurs supports publicitaires, leurs sites Internet mais surtout dans les rayons alimentaires.


Grâce à une information simple et lisible, le client n’aura plus de doute quant à la provenance des produits. Les mentions « élaboré en France » ou « transformé en France » ont semé la confusion dans les esprits et ont engendré de la méfiance. Les remplacer par cette nouvelle charte va aider les chefs de rayon à mettre en valeur leurs produits locaux.


Cette démarche devrait satisfaire des consommateurs avides de transparence. Elle fait aussi écho à l’appel au « patriotisme économique ». Lancé par Bruno Le Maire quelques mois plus tôt, il incitait à acheter français pour surmonter les conséquences du confinement sur les entreprises.



Répondre à la demande : une nécessité pour les enseignes


Avec cet engouement pour les produits locaux, répondre à la demande des consommateurs est une priorité pour les directeurs de magasins et les chefs de rayon. Une enquête d’OpinionWay montre en effet une perte de 3 points sur les achats de produits responsables pour la grande distribution.



Travailler en lien étroit avec les agriculteurs et les producteurs permet de concentrer les dépenses des clients sur un point de vente. Pour autant, il existe encore d’autres avantages :


  • Se montrer attentif aux préoccupations des consommateurs.

  • Fidéliser avec une offre élargie et de qualité.

  • Réduire les coûts logistiques et de centrale.

  • Augmenter le panier d’achat moyen grâce au shopper responsable.

  • Lutter contre le gaspillage alimentaire : c’est le premier levier d’action cité par les responsables des rayons fruits et légumes pour augmenter leurs marges.


Approvisionner ses rayons en produits locaux


Développer les produits locaux est une préoccupation pour 55 % des chefs de rayon*. Un chiffre qui n’est pas toujours suivi d’effet. La difficulté de mettre en place un circuit court en est souvent la cause. Interrogés par OpinionWay, la moitié d’entre eux confient avoir une offre locale inférieure à 10 % de leurs produits.



Pour rendre possible le circuit court en grande distribution, certaines plateformes proposent la mise en relation entre petits producteurs et distributeurs.


Avec une visualisation sur écran des fournisseurs, de la quantité de stock disponible et de l’offre de prix, les responsables des rayons peuvent passer leurs commandes de produits locaux en un clic. C’est ce que propose notamment Foodologic, la plateforme anti-gaspi spécialisée dans les fruits et légumes hors norme.

Ces plateformes de mise en relation sont très réactives. Elles conviennent aux grandes surfaces qui souhaitent optimiser leur gestion des denrées alimentaires. Les petits producteurs peuvent quant à eux, trouver de nouveaux canaux de distribution plus facilement.



*Source : Borgne, J. L. (2020, 10 décembre).Comment la grande distribution digitalise ses relations avec les producteurs locaux. Je Bosse en Grande distribution.