Les fruits et légumes de novembre


L’automne se poursuit avec l’arrivée du mois de novembre. Le soleil se couche plus tôt, les températures baissent et les arbres commencent à perdre leurs belles feuilles colorées. L’occasion de découvrir de nouveaux fruits et légumes et de cuisiner de bons plats réconfortants.


Les légumes d’automne ne sont pas très changeants, on retrouve nos différentes variétés de choux, la betterave, le céleri, la carotte, le champignon ou encore le poireau. De nouveaux légumes anciens viennent s’ajouter au panais et aux courges : le salsifis et le topinambour. Enfin, on retrouve l’ail, l’oignon et les herbes aromatiques pour relever nos mets.


Du côté des fruits, les agrumes sont de retour en novembre : le citron et l’orange. Les fruits à coque et du verger sont encore en pleine saison, ainsi que le raisin. Enfin, le kiwi réapparait pour notre plus grand plaisir.


Notre chouchou du mois


Le navet, et son goût si particulier, est un indispensable des traditionnels plats hivernaux. Il se consomme majoritairement cuit, dans l’eau bouillante, à la casserole ou au four par exemple. La saison du navet s’étend d’octobre à mai. Ce légume détient de grandes qualités nutritionnelles puisqu’il est riche en fibres et vitamine C.


Il existe plusieurs variétés de navet, distinguables en fonction de la saison de récolte.

  • Les variétés précoces, récoltées entre février et juin, que l’on appelle navets primeurs. On a par exemple le navet de Milan reconnaissable à son collet rose vif à violacé mais également des variétés blanches comme le navet nantais, de Croissy ou des Vertus Marteau.

  • Les variétés de saison, récoltées à la fin de l’été ou début de l’automne, et ayant une forme bien arrondie. On peut notamment trouver le navet de Norfolk ou le Tokyo 1, tous blancs, mais aussi le navet de Nancy ou le navet jaune boule d’or.

  • Enfin, les variétés tardives, qui surviennent à la fin de l’automne et au début de l’hiver. On peut trouver le navet blanc globe à collet violet ou encore le blanc dur d’hiver.


La France produit près de 55 000 tonnes de navet par an, production répartie sur 3 régions majeures : la Bretagne (18%), le Nord-Pas de Calais (16%) et la Basse-Normandie (13%). La France est également le 3ème producteur européen de navet.



Le navet est souvent gaspillé pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit d’une racine, sa forme est donc imprévisible. Celui-ci peut donc être écarté du tri pour la non-conformité de son calibre. De plus, sa conservation est limitée (3 à 4 jours) et le légume a tendance à ramollir assez rapidement. Cependant, il est toujours consommable, en purée ou en soupe par exemple. Les fanes du navet sont aussi comestibles et sont même plus riches en nutriments que la racine.


L’histoire du navet


Le navet est apparu en Europe, et est également présent en Inde depuis plusieurs siècles. Jusqu’au XVIIIe siècle, il était le légume de base de l’alimentation populaire et rurale, et était même surnommé « légume de disette » ou « légume des pauvres », consommé au quotidien en Europe. Il a ensuite été remplacé par la pomme de terre. Aujourd’hui, le navet revient de plus en plus dans les assiettes et est même utilisé dans la cuisine gastronomique.


Il ne faut pas se prendre de châtaigne !


La châtaigne, tombant du châtaignier, est un fruit typique de l’automne offrant des saveurs sucrées et parfumées. Le mois d’octobre est sa pleine saison mais le fruit se récolte durant tout l’automne. La châtaigne se consomme bien évidemment cuite, sans sa bogue. Elle peut par être dorée à la poêle ou au four mais aussi cuite dans l’eau. Elle se retrouve parfaitement dans des préparations sucrées et salées et est très riche en fibres et vitamine B9.


Tout comme beaucoup de fruits et légumes, les variétés de châtaigne sont relatives à leur période de récolte : précoce, pleine saison ou tardive.

  • La Marigoule est par exemple une variété précoce, caractérisée par sa robe brun rouge brillante marquée d’une cicatrice, et sa chair ferme et peu sucrée. On peut également trouver la Précoce Ronde des Vans et la Bouche de Bétizac.

  • On compte dans les variétés dites de pleine saison la Bourrue, reconnaissable par son petit fruit à la teinte marronnée brillante et sa saveur douce et sucrée. Il existe également La Montagne et la Sardonne.

  • Enfin, la Bouche rouge est une variété de châtaigne tardive, représentée par un gros fruit brun rouge brillant, se conservant facilement et se prêtant à toutes les préparations.


La production française de châtaignes s’élève à près de 5 800 tonnes par an, réparties essentiellement sur 3 grandes régions : Rhône-Alpes (48%), Aquitaine (18%) et Midi-Pyrénées (8%). En Europe, la production totale est d’environ 240 000 tonnes par an, la France étant le 4ème pays producteur après l’Espagne, la Grèce et le Portugal.


La châtaigne peut être gaspillée pour sa non-conformité, si elle est trop petite ou trop grosse par exemple. C’est aussi un fruit que l’on peut retrouver à l’état sauvage, les fruits tombent naturellement sur le sol et ne sont pas ramassés. Alors si vous passez devant un châtaigner, n’hésitez pas à recueillir quelques bogues pour en faire un bon plat chaleureux (comme celui-ci-dessous !).


L'histoire de la châtaigne


La châtaigne est présente sur Terre depuis l’ère tertiaire, il y a des millénaires. Il a très vite été considéré comme un arbre nourricier, fournissant à la fois des fruits pour se nourrir et du bois pour se chauffer et se meubler. Il est surnommé « arbre à pain » car il composait l’aliment de base des repas des plus humbles dans les régions pour les plantations céréalières n’étaient pas possibles. Au XIXe siècle, les châtaigneraies françaises ont fait face à un déclin à cause de l’exode rural mais aussi d’une maladie qui nécrosait les racines de l’arbre. Cependant, l’arbre a perduré grâce à la création de variétés hybrides. L’arbre reste malgré tout très fragile et fait souvent face à des maladies ou des ravageurs. La châtaigne est aujourd’hui un fruit consommé pour les plus grandes occasions, dont les repas de fêtes.


Une recette antigaspi avec ces variétés


Pour ce mois de novembre, nous vous proposons une recette très simple, pouvant se déguster seule ou en accompagnement d’une volaille par exemple. Un mélange sucré salé s’accordant parfaitement, entre le goût particulier du navet la douceur de la châtaigne.


Voici les ingrédients nécessaires pour 4 personnes :

  • 400g de navet (boule d’or de préférence)

  • 300g de châtaignes précuites ou de marrons en conserve

  • 100g de champignons ou carottes (facultatif)

  • 1 oignon

  • 2 cuillères à soupe de miel

  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

  • 1 cuillère à café de cumin

  • Sel et poivre


Préparation

  1. Éplucher et couper le navet en morceaux

  2. Le faire revenir avec l’oignon émincé dans une poêle avec l’huile d’olive

  3. Ajouter le cumin, le miel, le sel et le poivre et mélanger

  4. Laisser mijoter et ajouter un peu d’eau si nécessaire

  5. En fin de cuisson, ajouter les châtaignes et laisser cuire encore une dizaine de minutes

  6. Vous pouvez déguster !


Ce mariage vous étonne ? Partagez-nous vos recettes et vos photos à antigaspi@foodologic.fr

Posts récents

Voir tout

Ça y est, c’est le début de l’automne avec l’arrivée du mois d’octobre. C’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux fruits et légumes.