Les innovations au service du commerce


Pour continuer à se développer, le secteur du commerce est toujours à l’écoute des tendances de consommation. Augmentation des achats en ligne, préoccupations environnementales des consommateurs… Comment les magasins s’adaptent-ils ? Voici les dernières innovations au service du commerce !



L’implantation durable du vrac


Quand le vrac est apparu dans les supermarchés, on aurait pu penser que ce phénomène n’allait pas durer.


Pourtant, 15 ans après, il est plus présent que jamais ! Presque toutes les enseignes de la grande distribution sont équipées de distributeurs de vrac.


On les retrouve chez Auchan, Carrefour, Leclerc… dans les grandes et moyennes surfaces.


De nombreux spécialistes de l’agencement en magasin, comme Agenc’Mag ou Equip’Pro, proposent des distributeurs de vrac.


L’assortiment est plus complet qu’avant : pâtes, lentilles, cacahuètes, biscuits… Il répond à une véritable demande des consommateurs, soucieux de réduire les déchets causés par les emballages alimentaires. Le choix y est tout aussi important que dans la plupart des magasins bio !


La robotisation


Comme d’autres secteurs d’activité, le commerce voit apparaître la robotisation.


En grande distribution notamment, certaines tâches confiées au personnel sont répétitives et particulièrement pénibles. Grâce à l’évolution technologique, des robots performants permettent de diminuer la charge de travail des employés.


C’est le cas de celui conçu par la société nantaise SUitee Cobotics. Avec ses caméras et ses capteurs intégrés, le robot se déplace de façon autonome et en toute sécurité dans les rayons.


Il s’arrête à des endroits stratégiques pour que les employés de libre-service (ELS) se déchargent de leurs cartons vides et de leurs commandes drive. Ainsi, il leur évite de nombreux allers-retours entre le magasin et le dépôt.


Les exemples de robotisation dans le commerce ne s’arrêtent pas là ! Au Portugal, Auchan Retail a adopté les robots de la société singapourienne Trax. Ils inspectent les rayons pour relever les anomalies. Leur principale mission est d’éviter les ruptures qui génèrent des pertes importantes de chiffre d’affaires.


Ces robots améliorent également l’expérience client. Grâce à eux, les rayons sont mieux tenus.


Le numérique


En 2021, le numérique est plus que jamais essentiel au commerce. Les innovations dans ce domaine sont permanentes.

La Covid-19 a accéléré le développement du click and Collect. En grande distribution, le principe est le même avec le drive. Les points de vente se multiplient et le choix de produits s’agrandit.


Pour la livraison des courses à domicile, la société Shopopop s’est emparée du marché !

Grâce à elle, ce service souvent réservé aux métropoles peut se développer partout.

La start-up propose la livraison de courses entre particuliers avec une rémunération prévue pour le shopper.


Du côté de la communication, certains clients apprécient encore le tract papier mais les réseaux sociaux prennent le relai. Les gérants de magasin et les chefs de rayon n’hésitent plus à partager sur Facebook les évènements à ne pas manquer :

  • Promotions,

  • Mise en avant d’une marque ou d’un produit,

  • Animations commerciales : foire aux vins, dégustation de chocolats…

Un concept tiré du web-to-store qui vise à attirer le consommateur en magasin grâce au digital.


À l’avenir, les écrans pourraient d’ailleurs guider les clients dans les rayons. La tablette Vinoreco a été conçue pour les conseiller sur le choix du vin. Sa promesse ? Trouver votre vin en seulement 30 secondes !


Le marketing expérientiel


Pour contrebalancer l’envie de faire ses achats en ligne, le secteur du commerce mise sur le marketing expérientiel.


Le principe ? Offrir au client une expérience d’achat unique qui lui donne envie de revenir en magasin.

La qualité du service client mais aussi l’immersion dans une atmosphère particulière est au cœur de ce concept. Dans les enseignes de loisirs, Nature et Découvertes en est un bon exemple. En grande distribution, on cherche dorénavant à créer des univers. De plus en plus de caves à vin d’exception font leur apparition.


Parfois même, certaines grandes surfaces font le choix de ne plus distribuer une catégorie de produits dans leurs rayons mais au sein d’une boutique dans la galerie commerciale.


C’est ce qu’a fait Leclerc Saint Brice, aux alentours de Reims, où le champagne s’achète dans un espace plus intimiste.


Tout récemment, c’est une boutique Nutella qui s’est imposée dans la galerie du Leclerc Châteaugay Domérat.



L’engagement RSE : une attente des consommateurs


Les consommateurs n’ont jamais été aussi bien informés et par conséquent, aussi sensibles à la qualité des produits qu’ils achètent.


Si le prix reste une priorité pour la plupart d’entre eux, ils attendent également un engagement des enseignes, tant au niveau sociétal qu’environnemental.


Le monde du commerce se montre à l’écoute des consommateurs. Cela passe par la communication sur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Une démarche qui s’inscrit dans une logique de développement durable.


Au centre des innovations adoptées par les magasins, on retrouve des mesures favorisant une économie circulaire (consommation responsable, éco-conception, recyclage…).


Dans les faits, beaucoup de solutions concrètes existent. Foodologic est une piste à explorer pour instaurer des circuits courts et sauver des fruits et légumes hors calibre de la perte.


Dans la même lignée, la plateforme Too Good To Go, bien connue des traiteurs pour la revente des invendus aux particuliers, travaille aussi avec les GMS.


Par ailleurs, la mise en place de dons, facilitée par des sociétés comme Phenix, est toujours possible pour participer à la réduction du gaspillage alimentaire.


La liste des possibilités est longue... Afin de sauvegarder la biodiversité, des entreprises comme Ecovegetal sont spécialisées dans la végétalisation des toitures et des parkings. Pour aller encore plus loin, Biocenys propose même l’installation de ruches !