Mécanisation en arboriculture : rester rentable malgré les investissements

Les progrès technologiques ont permis la mécanisation dans la filière arboricole. Les principales motivations en sont la réduction de la pénibilité du travail et l’amélioration des conditions de travail et du confort des opérateurs, l’augmentation de la rentabilité des ateliers par une diminution des coûts de production. Les opérations de récolte, de taille et d’éclaircissage sont les plus plébiscitées lorsqu’il s’agit d’investir dans du matériel. Pourquoi investir et quels sont les avantages de la mécanisation de ces 4 opérations ?


Une récolte plus rapide avec des engins potentiellement mutualisés


Récole manuelle ou mécanisée ?

Pour la majorité des producteurs de fruits, la récolte reste manuelle. Elle peut représenter jusqu’à 70% des coûts de production. Elle comprend la rémunération des salariés, mais aussi souvent le logement et parfois le transport. Les freins à la mécanisation des pratiques en sont principalement la difficulté à remplacer les gestes des saisonniers et la peur des chocs qui pourraient compromettre le fruit, notamment pour les pommes de table. La récolte mécanisée permet d’intervenir rapidement lorsque les fruits sont à maturité. Elle est souvent faite au travers de récolteuses qui ramassent les fruits au sol (pommes à cidre, fruits à coques,…) ou d’outils qui permettent de secouer l’arbre pour récupérer les fruits sur un tapis préalablement mis en place. Le dimensionnement de la station de conditionnement est forcément impacté. Son optimisation vient comme une évidence une fois que la récolte est mécanisée.


Une restructuration des vergers

La mécanisation de la récolte, mais aussi des autres étapes de l’itinéraire technique en arboriculture demande aussi souvent une restructuration des vergers. Les modes de conduite devront être modifiés pour que l’outil puisse passer entre les arbres (conduite en haute densité et haie fruitière pour prunes à pruneau, adaptation des gobelets en upsilon pour les pêchers, conduite en palmette pour les cerises,…) Pour rentabiliser la récolteuse rapidement, les producteurs de fruits peuvent mutualiser leurs outils au sein de CUMA (Coopérative d'Utilisation de Matériel Agricole). Mais il est parfois difficile de travailler en commun, notamment lorsque le nombre d’hectares est important et que la maturité des fruits demande une récolte rapide.


L’éclaircissage : des outils innovants au service des arboriculteurs


Eclaircissage manuel : jusqu’à 300 h/ha

L’éclaircissage est une étape incontournable en arboriculture pour obtenir des fruits de bons calibres, en nombre et en taille adéquats sur les branches. Le phénomène d’alternance, qui provoque une récolte inexistante certaines années en est également réduit. Cette étape se fait chimiquement ou manuellement dans la plupart des cas. La pression sociétale et le retrait de certaines matières actives rendront la première solution plus difficile à mettre en œuvre dans le futur. La solution manuelle provoque des coûts de production très importants. Le temps passé à éclaircir manuellement représente jusqu’à 250 à 300 h / ha.


Réduire le temps d’éclaircissage et améliorer les coûts de production

Des outils mécaniques peuvent drastiquement réduire ce temps et donc les coûts de production. On peut citer « Darwin », qui est le plus connu (1 à 3 h/ha), mais aussi l’Effleureuse ou Unibonn qui suppriment les inflorescences du pommier et réduisent la floraison de 30 à 50%. Tous ces outils fonctionnent à l’aide de fils souples qui détruisent les fleurs. Eclairvale est quant à lui un outil utilisable sur fruits à noyau et pommier au stade post floral pour détacher les jeunes fruits. Il peut être utilisé en complémentarité avec l’un des outils précédents pour éviter le passage à la main.


La taille : la mécanisation possible avec certains modes de conduite


La taille est mécanisable, mais de façon plus ou moins facile selon le mode de production. Pour diminuer le temps passé lors de cette étape, le choix de la conduite du verger est essentiel. Le développement des murs fruitiers est conseillé en pommiers par les instituts techniques pour réduire significativement les coûts de production et accroître la mécanisation tout en conservant ou améliorant le potentiel de production.

Les investissements de départ sont plus importants : densité plus importante des arbres, palissage renforcé, investissement matériel, changements d’habitude,….Mais cela peut se traduire par une rentabilité plus élevée, comme le démontre un essai sur cerise du CTIFL (1). Elle est due au rendement et à la vitesse de taille et de récolte plus importants. A noter que la conduite en mur fruitier rend aussi les arbres fruitiers plus accessibles, notamment pour la récolte, car ils sont moins haut.


Le désherbage mécanique, pas toujours rentable mais subventionné


Le désherbage mécanique se développe de plus en plus. Il est favorisé par l’augmentation des surfaces arboricoles en agriculture biologique, mais aussi par la réduction des matières actives disponibles en désherbage et les risques de retrait de produits (notamment le glyphosate). Il est effectué grâce à des outils rotatifs hydrauliques, des lames, des disques, des fraises,…qui avancent entre 2 à 7 km/h.

Le temps de travail reste important comparé à un désherbage chimique (jusqu’à 6 heures pour un désherbage mécanique contre 2 à 3 heures pour le chimique). Le surcoût est également plus important : entre 20 à 450 €/ha selon l’INRAE (2). De nouveaux acteurs dans la robotique développent aussi des machines autonomes en ce sens. Elles permettraient d’économiser en frais de main d’œuvre tout en répondant aux exigences environnementales.

Certaines difficultés liées à la mécanisation peuvent néanmoins apparaître dans les vergers et des adaptations devront être réfléchies :

  • A cause de la disposition de l’irrigation.

  • Dans les vergers avec des fruits récoltés à même le sol.

A noter que des aides financières sont souvent disponibles via des programmes de subvention financés par les Agences de l’Eau ou la Région, dans le cadre de mesures agro-environnementales.




1. https://www.expe-fruits-paca.com/uploads/news/documents/790da525b118c7b9c33cf7d53a2b5861ff4f11e5.pdf

2. https://www.inrae.fr/sites/default/files/pdf/ArboGlypho29%20decVF%20%28002%29.pdf